La gestion des contractions, c’est possible (au moins pendant 19h^^)

Pour ceux et celles qui me connaissent et avec qui nous avons parlé de mon accouchement doivent se dire : elle fait un article sur la gestion des contractions alors qu’elle a eu une péridurale ? Eh bien oui. Car cette péridurale est le seul regret de mon accouchement (surtout qu’elle était trop dosée, je tremblais de partout et ne sentais pas quand il fallait pousser, ce qui n’a pas aidé hein). Je rêvais d’un accouchement sans péridurale, vraiment. Mon bébé allait souffrir alors je voulais l’accompagner dans cette douleur. Mais bon, après une nuit quasiment blanche avant de partir à la maternité puis 19h de contractions intenses (sur 23h de travail), dans les reins, avant de céder au confort de la péridurale, la fatigue a malheureusement pris le dessus et je n’ai plus réussi à gérer mes contractions. Je suis certaine que si le travail avait duré ne serait que 2h de moins, j’aurais tenu jusqu’au bout. Je vais donc partager avec toi les trois méthodes qui m’ont permis de résister un bon moment.

douillette2

** Visualiser un endroit de zénitude, avec l’image d’une vague

J’avais lu cette méthode sur internet et je dois dire que j’étais dubitative (tiens, on ne l’emploie pas assez ce mot). Et en fait, c’est drôlement efficace ! Je me suis imaginée à Bali, sur l’une des plages de notre voyage de noce, endroit où je passerais ma vie… Je me voyais allongée au bord de l’eau, au soleil, avec de trèèèèèèès grosses vagues qui m’arrivaient dessus. Ok, j’avais horriblement mal mais l’image de la vague me rappelait que ce n’était qu’un moment difficile à passer et que la douleur allait finir par repartir dans l’eau. Je me suis vraiment plongée dans ce cadre paradisiaque, en tenant avec mes mains mon bébé et chaque contraction m’a paru un peu moins douloureuse. J’ai bien morflé mais j’étais à Bali ^^

IMG_8084

** Relaxation

C’est une technique vue en cours de préparation à l’accouchement, qui demande la participation active du papa (ou de la personne t’accompagnant). La maman doit se mettre dans une position confortable, les yeux fermés, les mains sur le ventre, en totale connexion avec son bébé. Le papa doit, d’une voix douce, décrire la position de la maman puis la pièce puis les bruits, calmement. La maman doit se concentrer sur la voix et visualiser dans sa tête ce que lui décrit le papa. Pendant l’exercice, il faut absolument se dire que les contractions sont bienveillantes puisqu’elles sont là pour aider le bébé à naître. Il ne faut pas les voir comme simple douleur mais vraiment comme un allié. En cours de préparation, la sage-femme m’a pincé la jambe avant l’exercice. Après l’exercice, elle a recommencé et j’avais l’impression d’avoir la jambe paralysée tellement je ne sentais plus rien. Le jour J, je sentais encore les contractions mais elles étaient nettement diminuées. J’avais l’impression d’être dans un état second. Vraiment la méthode la plus efficace.

** Une playlist de musiques alternant musiques douces et musiques boostantes

Je m’étais fait une playlist avec des chansons que j’adore, sur lesquelles je danse ou chante à chaque fois. J’avais une playlist de musiques balinaises pour accompagner mes plongeons sur la plage de Bali. Et pour alterner, des musiques hyper enjouées telles Don’t stop me now de Queen, L’Aventurier d’Indochine, Cheerleader de OMI… Des chansons qui me donnent la pêche à chaque fois. Elles m’ont vraiment aidé à décompresser et à mieux accepter les contractions.

Alors bien entendu ce ne sont pas des méthodes miracles car les contractions restent l’une des pires douleurs que je connaisse (les otites externes font clairement plus mal… Une semaine de douleur non stop, à se frapper la tête contre les murs…) mais si cela peut t’aider un peu !

Publicités

2 réflexions sur “La gestion des contractions, c’est possible (au moins pendant 19h^^)

  1. Merci pour ce petit article. Je t’admire pour tout ça. Je n’ai pas su gérer de mon côté, tout était si « rapide ». J’aimerais y arriver sans péridural si nous avons un deuxième enfant. Seul l’avenir nous le dira.

    J'aime

  2. Pour la naissance de mon fils j’ai tellement souffert que je tombais dans les pommes entre 2 contactions. Je ne m’en rendais pas compte et du coup je croyais devenir folle car j’avais des images délirantes. J’ai mis plus d’un an à m’en remettre physiquement…. Ils m’ont mis sous un dérivé de morphine après 8h de douleur intense puis sous péridurale. .. un enfer puis la délivrance.
    Pour ma fille c’était beaucoup plus gerable mais sur la longueur sans péridurale je n’aurais pas pu gérer. Pour mon fils je n’ai pas pu lui donner son 1er bain car je m evanouissais dès que je me levais. Pour ma fille j’ai pu en profiter. Pour moi l après est important et il faut pouvoir garder un minimum d’énergie pour être présente…
    Bises

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s