Au fil des pages #14 : Barbe-Bleue d’Amélie Nothomb

Me revoilà avec mon avis sur l’un des derniers romans d’Amélie Nothomb, Barbe-Bleue. Je te l’ai déjà dit, j’aime beaucoup cet auteur. Le plaisir a-t-il été au rendez-vous avec cette nouvelle lecture ? Réponse ci-dessous !

barbe-bleueDans ce roman, publié à la rentrée littéraire 2012, Amélie Nothomb réinvente l’histoire de Barbe-Bleue mais ça, tu l’avais compris je crois 😉 Rappelons-nous ce conte populaire, dont la version la plus célèbre est celle de Charles Perrault. Un homme très riche, qui tire son surnom de la couleur de sa barbe (on pouvait se douter qu’il n’était pas très net le gars franchement, qui peut avoir l’idée d’avoir une barbe bleue ? Même le grand Schtroumpf a une barbe blanche). Bien qu’il soit laid et qu’il dégoûte les femmes, il en a eu plusieurs qui ont toutes disparu du jour au lendemain. Il tente encore sa chance avec l’une de ses voisines, qui accepte, séduite par la richesse de Barbe-Bleue. Mais un mois après leur mariage, Monsieur part en voyage et confie à sa femme les clés ouvrant toutes les portes du château. Elle pourra vagabonder où bon lui semble SAUF dans une petite pièce. Bien entendu, quand on nous interdit quelque chose, la première chose que l’on fait, c’est de transgresser cet interdit. Et là, horreur : tous les corps des précédentes épouses de Barbe-Bleue sont accrochés au mur. Elle laisse tomber la clé, qui se tache de sang. Bien entendu, nous sommes dans un conte, donc la clé ne peut se nettoyer. Barbe-Bleue découvre donc la trahison de sa femme et va vouloir l’égorger, comme ses précédentes épouses. Heureusement, elle sera sauvée par ses frères qui tueront l’affreux Barbe-Bleue.

Voilà pour le conte originel. Et Amélie Nothomb, elle en fait quoi ? Le château devient un grand appartement parisien, occupé par un noble espagnol qui vit reclus chez lui. Il cherche une colocataire, la neuvième en 18 ans. En effet, les autres ont disparu sans donner de nouvelles. C’est ainsi que Saturnine va rencontrer Don Elemirio Nibal y Milcar. Découvrira-t-elle ce qui est arrivé aux huit autres femmes ? Subira-t-elle le même sort ? Ça, je vous laisse le découvrir dans le livre.

J’ai enfin retrouvé le côté un peu glauque et malsain que j’aime tant dans les romans d’Amélie Nothomb. Dans Barbe-Bleue, nous sommes dans une situation initiale tout à fait probable. Une jeune qui cherche une colocation pas chère à Paris et qui va tomber sur un vieux monsieur qui semble bien apprécier la compagnie des femmes. Mais la personnalité du propriétaire, ses habitudes et le secret qu’il cache dans sa fameuse chambre noire interdite sont fascinants. Nous sommes presque dans un huis clos, une grande partie de l’intrigue se déroulant dans la cuisine, autour de mets luxueux accompagnés de délicieux champagnes (on retrouve le thème qui sera développé dans Pétronille qui sortira deux ans plus tard), J’ai un peu moins aimé le style cette fois-ci car il y a beaucoup de dialogues et je les trouve parfois un peu trop artificiels chez Amélie Nothomb.

Mais encore une fois, je te conseille la lecture de ce roman. Madame Nothomb, même si parfois je suis un peu moins emballée, merci. Vos romans sont toujours un vrai bonheur !

Publicités

Une réflexion sur “Au fil des pages #14 : Barbe-Bleue d’Amélie Nothomb

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s