Au fil des pages #13 : Les dix enfants que madame Ming n’a jamais eus, d’Eric-Emmanuel Schmitt

Voilà un nouveau récit d’Eric-Emmanuel Schmitt que j’ai eu plaisir à lire. Je pense qu’ils sont tous disponibles ou presque à la médiathèque. Je pourrais emprunter d’autres livres et découvrir d’autres auteurs mais comme je n’ai pour l’instant jamais été déçue avec Eric-Emmanuel Schmitt, autant continuer. En plus, il est né à côté de Lyon alors soyons un peu chauvin (d’adoption seulement hein car c’est la Drôme provençale qui reste la number one). Mais de quoi parle Les dix enfants que madame Ming n’a jamais eus ?

9782226220691gMadame Ming est dame pipi dans un hôtel en Chine. Un jour, elle raconte à un client, le narrateur, qu’elle a 10 enfants. 10 enfants, au pays de l’enfant unique ? Invente-t-elle ou a-t-elle réussi à défier les autorités ? Un incroyable secret que le narrateur va essayer de comprendre.

Alors j’en pense quoi ?

Comme toujours avec Eric-Emmanuel Schmitt, la surprise était au rendez-vous. Tout au long du récit, on est persuadé que la bonne femme fabule puis on est finalement convaincu que son histoire est vraie avant de douter à nouveau, tout en se persuadant que non, elle n’a pas pu inventer. J’aime beaucoup quand l’histoire n’est pas écrite dès les premières pages. Comme toujours aussi, j’ai beaucoup aimé le style, bien qu’un élément m’ait dérangée. Madame Ming prononce régulièrement des proverbes pleins de sagesse comme « C’est quand le froid de l’hiver surgit que l’on note que le pin et le cyprès se dépouillent de leurs feuilles après les autres arbres » ou « L’expérience est une bougie qui n’éclaire que celui qui la tient ». Je veux bien qu’on soit au pays de Confucius mais le nombre impressionnant de sentences fait un peu cliché. Par contre, il y a plusieurs métaphores tout au long du récit que j’ai trouvé intéressantes, comme le parallèle entre les poupées qui sortent des usines de jouets de Chine et notre naissance.

Encore un livre que je vous recommande !

Publicités

Une réflexion sur “Au fil des pages #13 : Les dix enfants que madame Ming n’a jamais eus, d’Eric-Emmanuel Schmitt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s