Au fil des pages #5 : Oscar et la dame rose et Odette Toulemonde et autres nouvelles d’E.E. Schmitt

Salut !

Un peu avant l’été, j’ai emprunté à la médiathèque deux livres d’Eric-Emmanuel Schmitt que je n’avais pas encore lus (enfin y’en a un paquet, donc plutôt deux des nombreux livres). J’ai découvert cet auteur en 1ère littéraire, avec sa pièce La Nuit de Valognes, qui reprend le mythe de Don Juan. Plusieurs années plus tard (que le temps passe vite^^), c’est un roma et un recueil de nouvelles qui nous intéressent.

Oscar et la dame rose, 2002

6541722_414902L’histoire :

Le roman raconte l’histoire d’Oscar, un petit garçon qui vit à l’hôpital car il souffre d’une leucémie. Un jour, il supprend une conversation entre le médecin et ses parents et il comprend : les traitements ne sont plus efficaces, Oscar va bientôt mourir. Il se lit d’amitié avec une infirmière qu’il appelle Mamie Rose et qui lui fait oublier (ou du moins supporter) sa maladie. En plus, elle, elle ne nie pas le fait qu’il lui reste peu de temps à vivre. Elle va inventer un jeu pour l’aider à apprécier chaque jour qu’il lui reste : chaque journée comptera pour 10 ans. Comme ça, Oscar aura une longue et belle vie.

Ce que j’en ai pensé :

Leucémie + annonce d’une mort programmée + fêtes de Noël = déprime ? Eh bien non. Malgré une situation des plus tristes et des plus difficiles à supporter pour un enfant et ses parents, Oscar et la dame rose est un roman plein de poésie, d’espoir et d’amour. Le livre est écrit sous la plume d’Oscar. Le point de vue à la première personne rend l’histoire encore plus réelle, on s’attache encore plus à ce petit garçon. Le personnage de Mamie Rose est touchant. C’est beau de la voir déployer toute son imagination pour pouvoir aider Oscar à apprécier ses derniers jours. J’ai beaucoup pleuré et je suis restée un long moment silencieuse après la lecture, un peu comme si je devais faire mon deuil de ce roman. Je pleure rarement lorsque je lis (sauf pour Harry Potter, chaque mort de personnage est insurmontable^^).

Odette Toulemonde et autres nouvelles, 2006

ODETTE_JAQ_qxd_001.5E0SZ2.S.pdfL’histoire :

Comment résumer huit nouvelles en quelques lignes ? Je crois que le mieux, c’est que vous les lisiez ! La nouvelle principale, Odette Toulemonde, est la transposition du film du même nom qu’il a réalisé avec Catherine Frot et Albert Dupontel. J’avais adoré ce film. Déjà parce que j’aime beaucoup les deux acteurs mais aussi parce que l’histoire était pleine de poésie. Parce qu’Odette Toulemonde, elle ne voit pas le monde comme tout le monde justement. Sa vie n’est pas des plus faciles et pourtant, elle la voit en rose. Dans les autres nouvelles du recueil, vous trouverez d’autres personnages tout aussi attachants (ou presque, parce qu’Odette, elle est franchement trop chouette).

Ce que j’en ai pensé :

Odette Toulemonde étant la transposition du scénario d’un film que j’avais adoré, je n’ai pas été déçue. La lettre qu’Odette écrit à son auteur favori, Balthazar Balsan, est un petit bijou. J’ai beaucoup aimé L’Intruse, C’est un beau jour de pluie et Le Plus beau livre du monde. Les autres sont très bien écrites mais les chutes étaient plutôt évidentes, ce qui est dommage car c’est justement la chute qui fait toute la saveur d’une nouvelle. En tout cas, si vous voulez passer un bon moment, ce recueil est fait pour vous !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s