Pop-corn party #2 (films vus – février 2015)

Salut toi !

C’est que j’ai failli oublier la « pop-corn party » de ce mois-ci alors qu’à chaque nouveau film vu, je le note précieusement sur mon smartphone. En plus, on en a vu un bon paquet encore.  Au programme : un thriller qui te prend aux tripes, deux films avec mes deux acteurs favoris (big up James et Jonathan) et des rires aux éclats. Comme pour les films du mois de janvier, je vais plus loquace sur mon coup de cœur et pour les autres films, tu iras sur AlloCiné 🙂 On est parti ?

Le coup de cœur

Gone Girl, de David Fincher (2014)

gone-girlSource de l’image

Ça parle de quoi ? Nick et Amy, lui propriétaire d’un bar, elles écrivain à succès, mènent une vie tranquille. Mais le jour de leur cinquième anniversaire de mariage, Amy disparaît. Nick n’a pas, aux yeux de la population, l’attitude que devrait avoir un mari dont la femme a disparu. Un comportement étrange qui amène chacun à se demander : a-t-il tué sa femme ?

Pourquoi j’ai aimé ? Cela fait bien longtemps que je n’avais pas été tenue en haleine devant un film. Et pourtant, il dure 2h29. Je n’ose en dire plus de peur de dévoiler l’intrigue. Et pourtant, j’en parlerai pendant des heures. N’hésite pas, regarde ce chef-d’œuvre. De toute façon, on peut faire confiance à David Fincher, je n’ai jamais été déçue par un de ses films (notamment Zodiac, Alien, Fight Club).

En février, on a ri

dumb-and-dumber-de-photo-5398186d879a6Source de l’image

Dumb and Dumber (1996) et Dumb and Dumber De (2014) de Peter et Bobby Farrelly

Eugène Labiche écrivait : « Les chanceux sont ceux qui arrivent à tout… Les malchanceux sont ceux à qui tout arrive ». Cette maxime pourrait s’appliquer à Lloyd et Harry, si ce n’est que chez eux ce n’est pas de la malchance mais plutôt une naïveté candide qui les amènent sur des chemins plus loufoques les uns que les autres. Fous rires garantis !

Ted, de Seth MacFarlane (2012)

On a tous rêvé de voir son ours en peluche prendre vie. Le vœu de John Bennett est exaucé à l’âge de huit ans et 20 ans plus tard, Ted est toujours là. Une comédie un peu (beaucoup) débile mais qui se regarde bien.

The Interview, de Seth Rogen (2015)

Personne n’a pu passer à côté de ce film tant il a fait de tapage avant sa sortie. Et pour cause, The Interview critique ouvertement la Corée du Nord qui aurait piraté Sony en représailles. Ou alors parce que ce film est franchement débile. J’avoue, j’ai voulu le voir pour une seule chose, ou plutôt personne : James Franco *_* James a même détrôné l’acteur qui était jusqu’alors sur la première marche du podium (dont je vais te parler plus bas), c’est pour dire !

Il y a eu de l’action

extrait_from-paris-with-love_7Source de l’image

From Paris with Love, de Pierre Morel (2010)

Ce n’est pas que je n’aime pas mes films d’action dans lesquels ça se bastonne H24 mais si j’ai le choix… Par contre, un paramètre change complétement la donne : la présence de Jonathan Rhys-Meyers (re *_*). Après réflexion, il reste sur la première marche du podium, désolé James. Sinon, le film est sympa et le personnage joué par Travolta est délirant.

Les gardiens de la galaxie, de James Gunn (2014)

L’un des derniers (ou le dernier d’ailleurs) nés de la famille Marvel. Un voleur, un raton-laveur, un arbre, une femme à la peau verte et un gros gaillard qui prend tout au pied de la lettre, voilà la fine équipe de ce film. J’ai adoré… jusqu’à la 90e minute. Le film est trop long, on peut s’ennuyer sur la fin. Mais globalement, de l’action, de bons effets spéciaux et de l’humour, donc à voir !

Et des histoires d’amour qui finissent (très) mal

natasylumSource de l’image

Asylum, de David Mackenzie (2007)

Dimanche soir, on ne sait pas trop quoi regarder. On voit qu’on a ce film qui traine. Petit tour sur internet, on regarde la fiche, mouais bof, le synopsis ne nous emballe pas plus que ça. Mais bon, il n’y avait rien à la télé. Sauf qu’en fait, y’a plusieurs films qui portent le même nom et celui-ci, il est juste extra. C’est l’histoire d’une femme qui s’ennuie auprès de son mari psychiatre et qui va vivre une histoire d’amour avec l’un de ses patients. Très dérangeant parfois mais j’aime les films qui m’interpellent.

No good deed, de Sam Miller (2015)

Idem, celui-ci on l’a regardé par dépit et finalement, une très bonne surprise. C’est l’histoire d’un détenu, enfermé pour meurtre, qui s’échappe. Il retrouve sa femme, qu’il tue parce qu’elle l’a trompé, normal quoi (ndlr : ceci est une blague hein, je répète, ceci est une blague). Mais quand on est malade, on l’est jusqu’au bout donc la suite du film n’est pas une partie de rigolade.

Pour finir, deux belles daubes (il en faut toujours)

Ouija de Stiles White (2015)

Les films d’horreur qui traitent du spiritisme sont rarement bons (si tu en connais un, je veux bien le nom). Pour vous dire, même pas eu besoin d’allumer toutes les lumières pour que j’aille me coucher tellement ce film ne m’a pas fait peur (oui, j’ai vite les choquottes quand on regarde un film ou des émissions qui parlent des esprits ou des extraterrestres. Chacun son truc).

The Signal, de William Eubank (2015)

Sans arrêt à la télé je voyais la réclame (oui, toi aussi vis dans un autre temps avec de vieilles expressions) pour ce film. Je me suis dit : s’ils en parlent tant, c’est qu’il doit être à voir non ? Eh bien non. Déjà, j’ai rien compris. Enfin au départ si. Puis là, le film part en sucette. Donc à part si tu es au bord du suicide et que tu veux un film pour t’achever, ne le regarde pas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s