Pop-corn party #1 (films vus – janvier 2015)

Salut salut,

Aujourd’hui je vais te parler des films que j’ai vus en janvier. Avec mon mari, on aime avoir les avis de vrais gens (et non pas des critiques de Télérama) quand on choisit un film, donc je me dis que cette chronique te sera peut-être utile. Je te présenterai mes coups de coeur mais aussi les belles daubes. Oui, quand on ne fait rien le week-end, on aime se poser devant un film un peu pourri, tout en surfant sur l’ordi ou en faisant des loisirs créatifs. Si on ne suit pas trop, c’est pas trop gênant ^^ Je serai très bavarde sur mon coup de coeur, pour les autres films, je te laisserai lire le synospis sur Allo Ciné 🙂 C’est parti !

Le coup de coeur

12 years a slave, de Steve McQueen (2014)

12yearsaslave
Source image : YouTube

Ça parle de quoi ? Tiré d’une histoire vraie, ce film raconte l’histoire de Solomon Northup, un homme noir enlevé et vendu comme esclave. Nous sommes juste avant la Guerre de Sécession, Solomon et sa famille vivent dans l’Etat de New-York, état dans lequel les Noirs sont libres. Joueur de violon reconnu, Solomon va être approché par deux hommes qui se prétendent artistes de cirque, qui lui proposent du travail. Mais ces deux pourritures le droguent et le vendent comme esclave. A partir de là, la vie de Solomon bascule et pendant douze ans, il connaîtra la douleur, l’humiliation et les horreurs que subissaient les Noirs à cette époque.

Pourquoi j’ai aimé ? Il faut avoir le coeur bien accroché pour regarder ce film. Avant de le regarder, je ne savais pas qu’il était tiré d’une histoire vraie. Plus on avançait dans l’histoire, plus je me disais « ce n’est pas possible, on ne peut pas faire subir cela à des hommes ». Et là, à la fin, on nous explique qu’il s’agit de l’histoire racontée par Solomon lui-même dans un livre qu’il sortit quelques années après sa libération. Ce film est à la fois dérangeant parce qu’il s’agit d’une vérité que l’on voudrait fausse (c’est vraiment inconcevable pour moi que l’on puisse traiter des hommes honnêtes comme ça) et à la fois très beau car 12 years a slave raconte le combat d’un homme et d’un peuple.  Le casting est vraiment génial aussi. Je te conseille vraiment de le voir ! On comprend aisément pourquoi ce film a obtenu l’Oscar du Meilleur film en 2014.

Les classiques

frfdd2

Source image : ici

Hibernatus, d’Edouard Molinaro (1969)

Un Louis de Funès que je n’avais pas encore vu ! Je l’ai mois aimé que certains autres films mais cet acteur me fait toujours autant rire. Sa gestuelle et ses mimiques sont vraiment hilarantes. Si vous avez envie de passer une bon moment devant la télé, vous pouvez y aller.

Le grand blond avec une chaussure noire, de Yves Robert (1972)

Mes amis et collègues m’appellent parfois Pierre Richard. Il faut bien que je comprenne pourquoi ! Après La Chèvre, je me suis attaquée à ce classique. L’histoire est un peu décousue mais le personnage de Pierre Richard, François Perrin, m’a vraiment fait rire. Il se retrouve à chaque fois dans des situations improbables et fait preuve d’une maladresse et d’une étourderie qui me rassurent. Finalement, je ne suis pas la pire 🙂

La Belle et le Clochard, des Studios Disney (1955)

Voilà un Disney que je n’avais vu qu’une seule fois et dont je n’avais aucun souvenir. Même s’il ne fera pas partie des mes préférés, j’ai trouvé ce dessin animé vraiment beau et réaliste. Les chiens sont vraiment bien dessinés, on retrouve vraiment les expressions qu’ont les vrais chiens. Comme d’habitude dans les Disney, il y a une jolie morale : « il ne faut pas se fier aux apparences ». Une belle romance, avec la fameuse scène des spaghettis !

Les autres

16317776698a4d395cd80b38878eaaecdbd64bff

Source image : ici

Expandables 3, de Patrick Hugues (2014)

Lorsque le premier opus est sorti, je me suis dit qu’il s’agirait sans doute d’une belle bouse. En réalité, j’adore Les Expandabbles ! Oui, c’est du grand n’importe quoi, oui un hélicoptère peut se poser tranquillou sur le toit d’un train en marche, oui c’est un concentré de testostérone MAIS c’est aussi énormément d’auto-dérision, de très bons effets spéciaux et un casting de dingue à chaque fois. On sent qu’ils s’éclatent, comme s’ils réalisaient un rêve de gosses. A voir pour passer un bon moment !

The Constant Gardener, de Fernando Meirelles (2005)

Un magnifique film qui raconte l’histoire de Justin Quayle, qui tente de comprendre pourquoi sa femme Tessa, militante altermondialiste, a été sauvagement assassinée. Entre lobby des laboratoires pharmaceutiques, misère des habitants des petits villages du Kenya et l’amour d’un mari pour sa femme, The Constant Gardener est vraiment un film à voir.

Les grosses daubes

maxresdefault

Source image : ici

Annabelle, de John R. Leonetti (2014)

Une histoire de poupée maléfique, qui terrorise un couple et leur jeune bébé. A sa sortie au cinéma, ce film aurait provoqué des crises de panique dans certaines salles. Si c’est vraiment le cas, faudra m’expliquer… Si vous avez envie d’avoir peur des poupées, je vous conseille plutôt le classique Chucky.

Dracula Untold, de Gary Shore (2014)

Un nouveau film sur Vlad III, dit Vlad l’Empaleur qui deviendra Dracula. Je ne trouve même pas un seul micro-argument pour vous conseiller de voir ce film…

Wolves, de David Hayler (2014)

Une histoire de loup-garous vraiment idiotes, où la moindre action est prévisible. Je ne sais pas lequel est le plus naze, Dracula ou celui-ci…

Publicités

Une réflexion sur “Pop-corn party #1 (films vus – janvier 2015)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s